une école meilleure (pire performante) pour quoi faire ? Chez les entrepreneurs, on pense souvent « employabilité » (chez de nombreux parents aussi), c’est-à-dire que l’école devrait produire des personnes « bonnes pour le travail », avoir un métier à la sortie. Effectivement, comme on sait que travailler est pour l’adolescent l’étape d’après, il faut bien s’y résoudre ; vivre d’amour et d’eau fraîche n’est pas un modèle de société retenu pour l’instant.

SUJET : La génération Y n'existe pas :-)

La génération Y n'existe pas :-) il y a 3 ans 5 mois #9

  • CecileDesnouhes
  • Portrait de CecileDesnouhes
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Messages : 1
  • Remerciements reçus 1
  • Karma: 0
Bonjour tout le monde,
Les 68-tards-EnRetard :-) , les sangliers nés sous X et mes comparses de la génération Y ;-)
Quel plaisir de contribuer au mouvement, à l'échange, au partage des idées que tu as initiés Benjamin. Merci de nous donner l'occasion de réfléchir à notre destinée au-delà des posts Facebook que je peux suivre habituellement.
J'ai l'impression que je suis en train de déflorer ce beau forum tout frais et ça me colle un tout petit peu la pression. Dire quelque chose d'intelligent. Ne pas juste m'écouter parler / me lire écrire plutôt ;-)
Allez, je me lance.
Il y a quelques mois, j'ai appris au CJD que la génération Y n'existe pas. Qu'elle n'est que pure invention pour vendre du bouquin parlant management en 2010 et soulager le mal être de managers intermédiaires en mal de reconnaissance. Je l'ai appris mais surtout je crois l'avoir compris. Cette génération, ma génération, n'est pas plus individualiste que les autres. Elle s'est simplement adaptée, elle aussi, aux bouleversements qu'aucun état n'a en effet réellement su accompagner (Peut-être parce qu'à l'échelle d'un pays on ne peut plus accompagner grand chose). Elle est en mode survie / je veux bien continuer d'échanger là-dessus mais m'abstiendrai de faire trop long pour ce 1er message. Elle n'a pas l'apanage de l'égoïsme en entreprise... D'ailleurs cette volonté d'apprendre ne traduit-elle pas quelque chose d'intéressant à exploiter pour le chef d'entreprise? Une soif de s'améliorer, une curiosité riche à exploiter, une ouverture sur les évolutions du monde, une envie de poursuivre son adaptation dans le bon sens? Peut-être est-ce d'ailleurs de la responsabilité du chef d'entreprise de valoriser cette volonté plutôt que de la voir comme une revendication égocentrée?
Deux questions (trois ou quatre en fait) pour compléter mon propos et lancer la discussion :-)
Si c'était pas mieux avant (et je suis d'accord avec ca), pourrait-on faire globalement davantage confiance aux générations nouvelles dont la pseudo-Y ? Quelle transmission, quelle passation peut-on envisager entre les générations pour éviter le clivage subi entre la X et ses aînés? La génération née dans les années 90 n'est sans doute pas indivisible, elle non plus? Elle recèle sans doute de nombreux talents, notamment dans le numérique? Quid des entrepreneurs de cette même génération?
Avec toute ma bienveillance (mais sans complaisance...) ... c'est parti !!! :-) et j'y retourne (à ma lecture :-)
Dernière édition: il y a 3 ans 5 mois par CecileDesnouhes.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Vous avez été remercié par : benjaminrosoor

La génération Y n'existe pas :-) il y a 3 ans 5 mois #10

  • benjaminrosoor
  • Portrait de benjaminrosoor
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Messages : 6
  • Remerciements reçus 1
  • Karma: 1
Merci pour cette première contribution, c'est toujours la plus difficile :)
Et donc c'est parti pour les réponses... On vous attend !
Benjamin
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La génération Y n'existe pas :-) il y a 3 ans 4 mois #12

  • phil
  • Portrait de phil
  • Hors ligne
  • Fresh Boarder
  • Messages : 1
  • Karma: 0
Quid, plus globalement, de la génération du millénaire ? Sans doute la même que la Y ou la X ou la #, on ne sait plus :)
Une génération, en tout cas, qui ne rentre pas dans les cases de l'entreprise classique. Une génération qui n'a pas forcément le profit, l'argent comme objectif premier de vie, mais qui semble plus attirée par la réalisation de soi, le bonheur personnel au sein d'une société équilibrée.
Il y a là toute une population qui préfère la notion de bonheur intérieur brut à celle de PIB :)

Ce point de vue semble égoïste au premier abord, et pourtant, cette génération compte une proportion d'entrepreneurs bien plus importante que chez ses ainés... La création d'entreprises explose dans cette génération, et souvent ces entreprises sont orientées sur l'économie du partage, du communautaire, de l'innovation ouverte.

Changement de modèle économique en cours...
Dernière édition: il y a 3 ans 4 mois par phil.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.376 secondes